Adieu à Gregorio Rotolo, le gardien de la tradition laitière des Abruzzes

Partager c'est aimer!

« Gregorio Rotolo, gardien des montagnes des Abruzzes, berger symbole de la région, profondément attaché à ses racines, mais capable d’inventivité, d’esprit d’entreprise et d’amour pour l’environnement, est parti ». C’est l’annonce avec laquelle le WWF annonce le décès prématuré de l’éleveur et berger des Abruzzes Gregorio Rotolo. Décédé à l’âge de 62 ans d’une grave maladie qui l’affligeait depuis un certain temps, il était connu en Italie et dans le monde pour son les fromages qui avait non seulement conquis les fans, mais aussi la haute cuisine, faisant partie de la menu de nombreux habitants gourmet. Gregorio Rotolo venait de la région montagneuse de Numériser, une petite ville de la province de L’Aquila, où il y a beaucoup de bergers, mais aucun comme Gregorio. Ce grand homme fort et authentique combinait une attention à valeurs du territoire avec l’engagement constant et persévérant d’améliorer la qualité de fabrication de ses fromages. « Tun homme interprète des traditions séculaires, mais aussi innovateur. Dommage de l’avoir perdu si tôt.  » dit le sénateur Stefania Pezzopaneégalement de sang abruzzais. « Vivre dans un contexte non contaminé, riche en biodiversité végétale et animale, comme de nombreuses régions des Abruzzes, est une chance et nous avons le devoir de préserver ce trésor. »

© Le Messager

Il l’avait dit plus d’une fois à Gregory et il avait ce trésor de biodiversité il l’a vraiment préservé, chaque jour il faisait paître le troupeau. Faire du fromage pour Gregorio Rotolo c’était une mission : avec lui un morceau important de cette ancienne tradition appelée transhumance que de 2019 fait partie du patrimoine culturel immatériel deUNESCO. Aux côtés de Gregorio, dans la protection de l’excellence du territoire, il y avait aussi Niko Romito, un chef trois étoiles qui a partagé avec le berger l’amour et le lien pour les véritables Abruzzes. Même le chef du restaurant Réel il lui a dédié un souvenir sur les réseaux sociaux en écrivant : « Il nous a laissé un grand ami, un homme qui a fait de sa vie une histoire merveilleuse, une histoire vraie dont j’ai eu le privilège de faire partie. Salut Gregorio, bon voyage. Je vais te manquer, tes proches, notre territoire, tous ceux qui t’ont connu et tous tes animaux que tu as appelés par leur nom, un par un ».

Laisser un commentaire

3 + seize =