Astuces de cuisine : comment utiliser le couteau comme un chef

Partager c'est aimer!

L’une de ces choses qui vous rapporte rapidement des points devant vos amis lorsque vous cuisinez pour eux est de faire preuve d’audace dans la manipulation. des couteaux comme les vrais chef. Suscite immédiatement l’envie et l’admiration, surtout si vous faites habituellement un métier diamétralement opposé, et on ne sait pas pourquoi il a ce pouvoir de faire recettes (qu’il vous reste à cuisiner) déjà très bon dès le départ. Tnotant qu’il existe toutes sortes et types de couteaux, conçus pour chaque type et type de coupe dans la cuisine, nous voulons aujourd’hui nous concentrer sur ce que l’on appelle couteau du chef, un classique incontournable dans toutes les cuisines, avec une lame triangulaire et une pointe incurvée, idéale pour toutes les opérations de base, ainsi que pour un grand nombre de préparations. L’idée est de vous donner 3, 4 ou 5 bases techniques, tandis que la partie pratique – et la formation longue – ne dépend que de vous.

N’ayez pas peur

Comme pour toutes choses, la première étape fondamentale est n’ayez pas peur d’utiliser le couteau. Il est certainement très tranchant et il est certainement possible de se couper le doigt dessus. En effet, il est fort probable que cela se produise, mais cela ne doit pas vous décourager. Comprendre comment le tenir, comment l’utiliser, répéter l’opération souvent et volontairement vous donnera la bonne commande du véhicule. Et vous pourrez travailler, au fil du temps, de plus en plus automatiquement et de moins en moins concentré. Un peu comme quand tu conduis.

Attrape le

Une particularité très personnelle est la façon dont vous les manipulez argenterie. Et aussi avec le couteau de cuisine la même fonctionnalité s’applique. Il n’y a, en fait, aucun moyen objectif de le tenir entre vos mains. Ce que nous pouvons donc vous suggérer, ce n’est pas tant ce que vous devriez faire, mais ce que vous ne devriez jamais faire. Premièrement : vous ne devriez pas ne placez jamais votre index droit sur la lame tenir le couteau; c’est immédiatement fatiguant et aussi risqué, car le doigt peut facilement glisser et se retrouver dessous. Et là c’est sûr que tu t’es coupé. Essayez plutôt la poignée de marteau – en le tenant de tous vos doigts comme vous le feriez avec un marteau – ou que lame, en serrant le manche avec les trois derniers doigts et en opposant le pouce et l’index (pliés) sur les côtés initiaux à la lame. Une lame proche des doigts, paradoxalement, est mieux gérée.

Les deux mains sont nécessaires

Pendant ce temps, d’autre part, celui qui ne tient pas le couteau, il n’est certainement pas là pour faire quoi que ce soit. En effet, c’est celui qui pilote et contrôle son homologue qui coupe. Comme? Il est placé pari, avec le majeur et avec les pointes dirigées vers l’intérieur, sur l’ingrédient à trancher, tandis que les jointures touchent la lame du couteau. En utilisant une main pour couper et l’autre sur l’ingrédient en synergie, le temps de la couper. Et si vous gardez le couteau droit, il est pratiquement impossible de vous trancher.

Oui, la planche à découper est également nécessaire

Cela semble compliqué, mais ce n’est compliqué qu’au début. En plus de la position des mains, une autre chose à faire est de toujours tenir le couteau en contact avec le planche à découper. Alors, n’augmentez pas tout, mais utilisez le pointe comme une sorte de pivot central et déplacez-vous à partir de là le long de tout l’ingrédient que vous tranchez. Bascule, pratiquement. Au début, vous serez lent et maladroit, puis progressivement vous deviendrez plus sûr et plus rapide.

Faites-lui le fil

Quelle banalité, me direz-vous. Pourtant que le couteau être parfaitement aiguisé est un fait essentiel. D’une part, toujours pour éviter de se faire mal, car s’il coupe bien il n’y a aucun risque qu’il ne coule pas comme il se doit et, donc, qu’il glisse au lieu de trancher, peut-être se prendre un doigt au passage. D’autre part, pour obtenir des coupes – hachis, brunoise, julienne, matignon… – esthétiquement parfaites. Comme, maniaquement, dans cuisine ça devrait toujours l’être.

Droitier et gaucher

Un dernier conseil utile, avant de vous laisser passer les épreuves pratiques. Achetez le bon couteau pour vous. Êtes-vous droitier ? Achetez-en un classique. Êtes-vous gaucher? Investissez dans un couteau qui vous convient. La différence réside avant tout dans la manipulerdonc dans le manche, conçu pour s’adapter au vôtre main de préférence. Ape Ollivander nous dirions que : c’est le couteau qui choisit le cuisinier. Non l’inverse.

Laisser un commentaire

5 × 1 =