Champagnino : l’apéritif alternatif des Abruzzes | Amer-doux

Partager c'est aimer!

Talent doux-amer : nous recevons souvent des propositions pour s’essayer à l’écriture de ceux qui entrent pour la première fois dans le monde de l’édition gastronomique. Dans cette rubrique nous avons décidé de publier les meilleurs articles d’auteurs en herbe.

Si vous vous trouvez dans Abruzzes à l’heure de l’apéritif sur la carte on pouvait retrouver, à côté du Spritz et du Negroni, le Champagnino, boisson typique des Abruzzes à base de vin et de soda. Mais d’où vient cette tradition ? Et pourquoi dans les Abruzzes c’est Champagnino est-il si aimé ?

Arrière-plan

Apparemment, dans les Abruzzes, édulcorer le vin est une coutume qui a des origines très anciennes. Cette habitude semble provenir des Grecs, qui l’utilisaient pour éviter d’embrouiller l’esprit de ceux qui buvaient en grande quantité. Le mélange des deux ingrédients, de préférence à froid, s’effectuait dans de grands récipients appelés cratères, et généralement le rapport était de trois parties d’eau et une partie de vin. Pour ne pas être en reste, les anciens Romains ont également commencé à diluer le vin. Non seulement pour éviter de le boire dans la pureté mais aussi pour améliorer la qualité du produit lui-même, au moment de sa faible valeur. Plus récemment, cependant, il a été vaporisateurpréparé à l’origine avec du vin blanc et un peu d’eau de Seltz, ou sa version française de Piscines champenoisesvin avec de la glace, pour avoir du succès et devenir de plus en plus populaire.

D’où vient le nom ?

Dans sa version des Abruzzes, le vin édulcoré c’était la boisson utilisée par les paysans pour étancher leur soif au retour des champs, après une journée de dur labeur. Là gazeux, l’une des plus anciennes boissons gazeuses, remonte au XIXe siècle et dans l’Antiquité, elle était préparée à la maison avec de l’eau, du sucre et du citron, versée dans des bouteilles et placée au soleil pour faire fermenter le liquide. Il était consommé en abondance, souvent simplement en ajoutant du vin. Bref, c’était champagne des pauvres. C’est précisément pour cette raison que l’apéritif typique des Abruzzes s’appelait Champagnino. Aussi connu sous le nom Sciampagnino, Chambagnino, Moitié moitié, Lampe, Mannequin ou alors Bicyclettechaque famille abruzzaise a sa propre recette secrète, qui diffère d’une région à l’autre, mais les plus courantes sont celles qui incluent 3/4 de vin blanc et 1/4 de gazéifié ou moitié et demi.

Les combinaisons

Dans les Abruzzes, le Champagnino il a une vraie valeur symbolique, c’est l’apéritif estival typique, notamment dans les stations balnéaires de la côte. Transmise de génération en génération, exportée dans toutes les régions d’Italie et sujette à des variations même à l’étranger, elle continue d’être très appréciée, à tel point qu’elle a des festivals dédiés, comme celui de Ortona. Son match idéal, bien sûr, est celui avec brochettes, un autre grand classique des Abruzzes. Mais il n’est pas dit qu’on ne puisse pas le siroter avec des patines, des cacahuètes ou quelques croûtons.

Laisser un commentaire

12 + trois =