Cuisiner pour se sentir mieux : qu’est-ce que la thérapie culinaire ?

Partager c'est aimer!

Quand il s’agit du lien entre nutrition et bien-être, la pensée va immédiatement aux caractéristiques nutritionnelles des individus nourriture et les avantages pour le santé que ceux-ci peuvent apporter ; à peine, cependant, on pense à effets positifs que l’on peut obtenir par cuisson. Pourtant, dans beaucoup pendant la période de fermetures dues à la pandémie ils l’ont remarqué, plus ou moins directement, décidant de consacrer du temps à la pâtisserie ou à la création nouvelles recettes: prendre le temps de cuit est aussi bon pour santé mentale, et pas seulement celle du corps. Su ce principe est basé sur la thérapie par la cuisineune thérapie conçue pour soulager certains problèmes psychologiquescomme l’anxiété, le stress et la dépression, et qui envisage comme méthode de traitement principale laaction de cuisiner. L’idée est que, comme lors de la pratique de la méditation, pour cuisiner il faut de la concentration et du calme, deux caractéristiques qui en font une activité relaxante et bénéfique pour le sphère psychologique.

Tout comme l’exige le pleine consciencese concentrer sur le succès d’un Recette amène à être plus attentif à stimulations sensorielles, à la fois auditif et visuel, tactile et olfactif. Là cuisineen fait, c’est une activité naturellement capable de stimuler je sens: ils sont manipulés ingrédients colorés et parfumés, avec des textures différentes, et pour surveiller leur cuisson, nous devons nous concentrer sur la modification de ces caractéristiques. Aussi grâce à la rythmicité et à la répétitivité (pensez par exemple à la gestion d’une pâte, ou à la découpe de légumes), la cuisine peut s’avérer être uneexpérience immersive qui permet de se distraire des soucis, et de prendre le temps de remodeler l’importance des pensées dont ils sont la source anxiété et stress. Non.Évidemment, vous n’avez pas besoin d’être un expert, et même pas un amoureux d’être devant poêleparce que pendant la thérapie par la cuisine, l’acte de cuisiner est privé des composantes de la nécessité et du quotidien, et devient l’occasion de prendre le temps de se consacrer à une activité manuelle.

La dextérité en thérapie par la cuisine en effet, il joue un rôle clé, notamment pour ceux qui exercent des métiers qui n’intègrent pas cette composante, et dont le résultat quotidien est souvent virtuel ; cuisiner dans ce cas peut conférer la gratification d’avoir créé quelque chose de physique, tout en donnant un certain sens de contrôler sur le résultat. Si vous vous consacrez à la cuisine il peut donc avoir un effet relaxant, faites-le périodiquement sous la direction d’un thérapeute spécialisées peuvent également être utiles pour des problèmes psychologiques plus importants. Le thérapeute peut utiliser les activités réalisées comme des métaphores pour résoudre des problèmes, et pour certains, être engagé dans un travail manuel facilite l’ouverture à dialoguerendant ainsi le temps de la séance avec le thérapeute plus fructueux. thérapie par la cuisine, en ce sens, il s’ajoute à la large gamme de thérapies expérientiellestels que ceux liés àartà la théâtreau botanique ou à activités avec des animaux.

Et tout comme d’autres formes de thérapie, même celle culinaire peut aussi être développée dans une perspective de couple ou être déclinée sur les besoins thérapeutiques des enfants. Au cas où le thérapie culinaire s’inscrit dans un cheminement plus large auquel participent à la fois les psychologues et les nutritionnistes, il peut aussi en devenir un instrument plus pour la résolution de troubles alimentairesrapprocher les personnes qui ont besoin de trouver la bonne chose de l’acte de cuisiner comme une forme de soins personnels rapport Avec le’Source de courant. Enfin, il ne manque pas de Études scientifiques explorer le effets positifs du thérapie par la cuisine face aux problèmes de sphère neurologique: dans ce cas, l’entraînement que la cuisine peut apporter en termes de résultats est thérapeutique mémoire, organisation, coordination motrice et gestion des ressources et du temps disponible. Qu’il ait lieu seul, périodiquement sous la direction d’un thérapeute ou sous forme de traitement par une équipe de spécialistes, l’acte de cuisiner peut également s’avérer bénéfique dans des aspects qui ne sont pas directement liés à la nourriture que vous choisissez de mettre assiette.

Laisser un commentaire

12 + 20 =