Exhale est le premier lustre mangeur de smog fait d’algues qui purifie l’air

Partager c'est aimer!

Dans l’une des somptueuses salles du Musée Victoria et Albert De Londresvous trouverez un objet design unique et inédit : Exhalerun vrai lustre vivant mangeur de smog. Cela ressemble à de la science-fiction mais c’est la réalité et c’est l’œuvre du designer et ingénieur basé à Londres, italien de naissance, Julien Melchiorri qui a conçu un mode d’éclairage élégant apparemment similaire à beaucoup d’autres mais avec la particularité d’être, littéralement, un lustre absorber le CO2.

Biomimique : la technologie s’inspire de la nature

Feuille de soie, la première feuille artificielle jamais fabriquée

Julian Melchiorri, trente ans, n’est pas seulement un ingénieur d’études mais aussi un important chercheur en technologie biochimique. Dans l’interview de présentation de Exhaler en 2017 il se dit ensorcelé, dans ses années d’études, issus de la biotechnologie et du biomimétismele nouveau domaine de la science et de l’ingénierie qui étudier et imiter la nature développer de nouvelles technologies et de nouveaux matériaux qui répondent à nos besoins.

En 2014, il fonde la société Arboréa et en collaboration avec une équipe d’experts, il a créé le première feuille bioniquefabriqué en extrayant des chloroplastes de vraies cellules végétales et en les insérant, ensuite, dans un matériau composé à base de protéines de soie.
Les feuilles bioniques sont donc capables de nettoyer l’atmosphère du dioxyde de carbone et les polluants atmosphériques e les convertirgrâce à l’eau et au soleil, en oxygène respirable.


Ces feuilles sont absolument adaptables à toute surface que ce soit au sol ou sur les toits des bâtiments mais aussi sur les façades des bâtiments. Cependant, depuis cette étape importante, Melchiorri s’est fixé pour objectif d’amener cette technologie de l’architecture au design d’intérieur.

En se promenant dans les couloirs du Victoria and Albert Museum de Londres et inspiré de l’art islamique, excellent exemple de la fusion de formes géométriques et de motifs naturels, le design du premier lustre bionique de l’histoire.
Peu après Exhaler a vu la lumière, gagnant L’Prix ​​​​des talents émergents de la même année et à ce jour, après l’exposition pour le Semaine du design de Londresfait officiellement partie de la collection permanente du musée qui l’a inspiré.

Un lustre fait d’algues

Exhaler il est donc issu des études de Julian qui, fasciné par le pouvoir photosynthétique des algues, les considère comme une véritable ressource pour l’avenir de la Planète, afin d’inverser le processus de réchauffement climatique.
Le lustre bionique il est composé de branches en laiton et de 70 feuilles de verre qui peut être orienté selon le besoin et les espaces dans lesquels il est exposé. Chacun de ces est rempli d’une solution de microalgues vertes, entretenu en lumière naturelle et d’un système de plomberie qui, en s’égouttant, lui donne une série de nutriments.
Ce mécanisme de maintien de la vie développé par les ingénieurs d’Arborea est complexe mais nécessaire pour nourrir les micro-organismes et favoriser la photosynthèse de la meilleure façon et le plus longtemps possible.

le lustre qui absorbe le CO2 représente donc une première dans le secteur du design durable, conçu pour révolutionner l’environnement urbain et sensibiliser à l’importance de créer de nouvelles méthodes d’ameublement qui favorisent la protection de l’environnement et ne génèrent aucun impact sur celui-ci. De plus, comme Melchiorri l’admet lui-même, ce projet est également né avec l’intention d’inviter les gens à prendre soin de leurs objets et à les concevoir comme quelque chose de vivant à ne pas tenir pour acquis. Actuellement le lustre reste un prototype mais son créateur espère pouvoir le mettre sur le marché prochainement et le tester à grande échelle dans des bâtiments entiers.


Laisser un commentaire

14 − sept =