La crise du personnel en salle est-elle la faute des subventions ? Parlez à un vétéran

Partager c'est aimer!

Roberto Adduono
Roberto Adduono

Mais quel revenu de citoyenneté. Il y a un manque de personnel car les jeunes sont plus pratiques et concrets et ne se contentent pas de relations de travail ambiguës. Palra un vétéran de l’industrie.

par Roberto Adduono

Une fois de plus, j’ai lu une annonce d’une recherche effrénée de personnel par un chef célèbre. Haute cuisine, restauration, hôtellerie, restauration classique, cérémonies, cette dangereuse bestiole s’est glissée dans tous les segments du secteur horeca.

Il est très facile de blâmer les différents filets de sécurité sociale offerts par l’État ; si un sujet satisfait aux exigences pourquoi ne les percevrait-il pas ? Nous pensons aussi à la nouvelle génération qui, malheureusement, considère ce travail, à juste titre, très sacrifiant.

Mais que fait-on pour attirer les jeunes dans ce secteur ? De la fumée et des yeux tirés de dizaines d’émissions de télévision, qui ne sont que la pointe de l’iceberg de ce que peut être le travail dans un restaurant.

La solution est à la portée de tous, et tout le monde la connaît. Commençons par les relations de travail qui devraient être plus transparentes et régulières ; nous commençons par un roulement de personnel, à la fois quotidien et hebdomadaire, afin que ce travail ne continue pas à être une prison pour le travailleur ; nous veillons à ce que les jours fériés, les samedis soirs, deviennent des journées normales de travail, afin que chacun parmi le personnel puisse les utiliser à tour de rôle.

Les solutions pourraient être celles-ci. Jusqu’à présent, la flexibilité était demandée au travailleur, mais maintenant la même chose est également exigée de l’employeur. Pour mettre cela en œuvre, il faut une augmentation du budget prévisionnel des ressources humaines, j’en suis parfaitement conscient, mais de cette manière, un temps de travail décent peut être élaboré.

Les entrepreneurs clairvoyants et intelligents n’ont pas ces problèmes et je vous assure qu’il y en a. Lorsque vous démarrez une entreprise de restauration, vous n’avez pas seulement besoin d’une belle vaisselle ou d’un vin cher. Le restaurant est une entreprise, cher entrepreneur, si vous le considérez comme tel, l’investissement dans les ressources humaines est essentiel.

Nous de la « vieille garde » avions la passion et la nouveauté pour ce secteur de notre côté, il y a des années, mais aujourd’hui c’est différent, c’est différent et, hélas, la pandémie a tout accentué.

W LA CHAMBRE !

Laisser un commentaire

11 − 10 =