Les animaux en temps de guerre

Partager c'est aimer!

En temps de guerre, nous essayons de comprendre la souffrance des autres animaux. Il le fait pour notre blog Dora Grieco, pour mettre en lumière une réalité que peu veulent reconnaître : la plupart des animaux, à cause de nous les humains, sont toujours en état de guerre.


Ces jours-ci, moi aussi, comme tout le monde je crois, j’appréhende la guerre en cours en Ukraine. Je pense aux humains et aux autres animaux contraints, malgré eux, d’endurer la violence, la cruauté et la mort.

Les nouvelles qui nous parviennent parlent de ceux qui fuient et de ceux qui restent, de ceux qui se battent (attaquent ou se défendent), de ceux qui résistent impuissants, de ceux qui font tout pour obtenir de l’aide. Comme toujours, les fausses nouvelles se mêlent aux vraies nouvelles, mais la réflexion que je propose de faire est valable quelle que soit cette guerre en cours.

Les guerres sont le résultat d’actions humaines et les animaux subissent les conséquences de conflits qui ne les concernent pas. Ceux qui sont enfermés dans des ranchs et des fermes, dans des zoos, des animaux errants, sauvages, ceux dans des chenils ou vivant avec une famille humaine, sont terrifiés par les bombes et la destruction. Beaucoup meurent. Ils sont comme nos enfants qui souffrent sans pouvoir comprendre.

Mais les animaux ont toujours subi, même en temps de paix, les agissements de notre espèce, ils sont perpétuellement victimes et vaincus. Je ne parle pas de ceux que nous accueillons chez nous mais de tous les autres, la majorité, détenus et esclaves, à qui nous refusons la terre, la liberté, la vie.

Contraints à la non-vie par une guerre pérenne, inégale, inutile, superflue, nuisible, que l’humanité leur a déclarée sans pouvoir en voir la fin. Constamment attaqués, ils succombent à la domination de ceux qui veulent les subjuguer.

La souffrance des autres animaux peut-elle être comparée à celle de notre espèce ? Beaucoup ne seront sûrement pas de cette idée, mais je dirais oui. Parce que nous appartenons tous au règne animal et que nous sommes tous des êtres sensibles. Ma souffrance ne doit pas être considérée comme plus importante que ce que peut ressentir un autre animal. Ainsi, s’efforcer de protéger les plus faibles des autres espèces n’exclut pas de continuer à prendre soin des humains qui souffrent. L’empathie et la compassion peuvent s’adresser à toutes les formes de vie, à tous les êtres sensibles mais aussi, je dirais, à la nature en général. Il n’est pas nécessaire de choisir qui est digne de notre douceur. Nous pouvons être doux envers chaque individu et chaque être vivant.

Ces jours-ci en Ukraine, il y a des animaux apeurés, abandonnés (même involontairement), des animaux enfermés sans issue, sous les bombardements, sans nourriture.

Et même ici en Italie il y a des animaux enfermés, exploités, déportés, abattus. Terrifiés, quand ils comprennent, parce qu’ils savent avec certitude, qu’ils vont à l’abattoir.

Mais ni les premiers ni les seconds n’ont de faute. Ici aussi, comme dans le monde entier, se déroule une guerre que peu reconnaissent.

Les guerres et les pandémies devraient nous faire réaliser à quel point il est terrible pour un être sensible de ne pas être libre. Vivre un état de souffrance dû à la prévarication sur sa propre peau devrait inévitablement nous ouvrir les yeux sur nos actions, à qui nous soumettons, qui nous asservissons, qui nous privons de liberté.

Toute personne humaine libre peut au moins choisir de refuser d’être complice de l’abattage d’animaux.

Ici en Italie, de nombreuses organisations de protection des animaux ont immédiatement pris des mesures pour venir en aide à ceux qui se trouvent en Ukraine. Un grand réseau de solidarité s’est mis en place, notamment pour les chiens et les chats qui vivent dans des refuges ou des foyers. Alors des camions pleins d’aide partent dans cette direction, mais ce ne sont que des restes d’animaux élevés et tués.

Et tout cela paraît malheureusement logique et normal.

Dora Grieco
Projet Vivere Vegan


texte © Dora Grieco – photos du web


Laisser un commentaire

2 × 2 =