Les cartes napolitaines et les jeux les plus célèbres

Partager c'est aimer!

Cartes napolitaines

Les cartes napolitaines et les jeux les plus populaires dans le post Napoli Fans

Les cartes napolitaines ce sont des cartes de style Espagnol. Elles font partie des cartes régionales les plus répandues en Italie car elles sont utilisées dans la majeure partie du Sud.

La structure de ce jeu de cartes et du sicilien remonte au XIXe siècle, comme en témoignent les coiffures et les moustaches des personnages des deux jeux.

Le jeu de 40 cartes est un terrain complet et mesure 50 × 83 mm.

Entre cartes napolitaines les plus célèbres on se souvient du cinq d’épées avec des scènes d’ensemencement, des pièces représentées sous forme d’étoiles. Le roi des pièces est parfois appelé fou, comme dans certains jeux, comme le sept et demi dont nous parlerons plus tard, il peut prendre n’importe quelle valeur que vous souhaitez lui donner, tandis que l’une des cartes préférées de tous les Napolitains est l’as de pièces.

Sont si nombreux Jeux de cartes napolitains qui font désormais partie des diverses traditions et histoires locales, qui peuvent être pratiquées.

Le jeu fait partie du groupe dit « de type espagnol », qui contraste avec les jeux de cartes français.

Les Napolitains ne sont pas les seuls Cartes à jouer italiennes existant, mais il y a des réinterprétations « Piacentine », « Romagne », « Sicilienne », « Sarde » Et « Abruzzes ».

Pourtant, ils sont tous utilisés de la même manière, dans ces jeux de cartes particulièrement appréciés dans toute l’Italie.

Ci-dessous nous listons Jeux de cartes napolitains le plus populaire que vous pouvez proposer à nouveau dans n’importe quelle soirée avec des amis et pendant les vacances, quand à Naples vous vous réunissez avec la famille pour célébrer.

L’atout

L’un des jeux les plus connus en Italie est certainement l’atout, qui se joue à deux ou plus généralement à quatre, par paires et le but du jeu est d’obtenir au moins 61 points pour la victoire. En fait, chaque carte a son propre score : l’as qui vaut 11, le « 3 » qui vaut 10, le « Roi » qui vaut 4, le « Cheval » qui vaut 3 et le « Valet » qui vaut vaut 2. Toutes les autres cartes valent zéro point.

Des scores évidemment établis sur la base de la hiérarchie de prise des cartes, qui part de l’As (la carte qui a le plus de valeur), puis le « 3 » (qui ici vaut 10 et bat donc toutes les autres cartes de la couleur sauf l’as) et progressivement le « Roi », le « Cheval », le « Valet », et tous les autres selon la valeur.

Trois cartes chacune à la distribution et un atout sous le paquet restant. Ensuite, nous procédons à tour de rôle dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. C’est un jeu assez simple et très amusant.

La tresette

Moins simple que l’atout, mais pas particulièrement compliqué tant le jeu est Tresettequi a aussi donné lieu à plusieurs tournois autour du Belpaese, qui se pratique souvent avec des variantes différentes d’un côté à l’autre de la botte.

En principe, il se joue à quatre par paires de deux (mais il existe aussi la version à trois dite « Toucher » où ils jouent deux contre un avec un handicap de points pour la paire), en distribuant 10 cartes chacun.

Dans ce jeu, l’échelle des valeurs est généralement celle-ci : Trois, Deux, As, Roi, Chevalier, Valet et ainsi de suite les autres cartes. Ace-Two-Three représente également une combinaison qui donne différents bonus selon les règles initiales, le soi-disant « Napoli ».

Il se joue à tour de rôle et l’obligation est de répondre à la combinaison de sortie. La paire gagne ça il atteint d’abord 31 points, où les valeurs sont attribuées comme suit: Ace vaut 1 point, tous les chiffres et charges (3 et 2) valent un tiers de point (il en faut donc trois pour chaque point, il en reste deux sont toujours valides à zéro), toutes les autres cartes sont des rejets à zéro point.

Le balai

Un autre très populaire jeu avec des cartes napolitaines est le balai.

Dans ce cas la valeur des cartes est nominale : As, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, valet, chevalier, roi. Les graines n’ont pas d’importance puisque la seule valeur d’intérêt est numérique.

Le croupier remet en fait trois cartes chacun (face cachée) et en pose quatre autres (face visible) sur la table. Dans le sens inverse des aiguilles d’une montre, chacun ramassera alors sur la table les cartes en correspondance ou de même valeur (un cinq prend un cinq et ainsi de suite), ou la somme de la valeur de la carte jouée (un Roi prend des cartes du tableau dont la somme donne 10) .

Si vous jouez un As, en revanche, la Scopa est terminée, c’est-à-dire qu’ils encaissent tous les cartes sur la table et un point est marqué dans le jeu de tours (en laissant généralement l’as du tour découvert perpendiculairement). Même lorsque l’on joue une carte dont la somme rassemble toutes les cartes restantes sur la table, on peut alors également attribuer un point (par exemple le Roi qui collecte les deux cartes restantes sur la table, un six et un quatre).

A la fin des tours de jeu, le score unique et tous les « Scope » sont calculés faites pendant le jeu, ainsi que d’autres bonus spéciaux. Un point pour le « Cartes » (le joueur qui a ramassé le plus de cartes dans les plis), un point pour le « Pièces de monnaie » (le joueur qui a le plus de cartes de la couleur de carreau dans les plis), un point pour le « Settebello » (au joueur qui a le sept de carreau dans les plis), un point pour le « Primière » (un score spécial obtenu avec les quatre meilleures cartes de chaque couleur, basé cependant sur un classement très particulier à partir de 7 et 6).

Les sept et demi

C’est un jeu purement de Noël avec des cartes napolitaines, dans lequel au lieu de faire 21, vous devez évidemment le faire « 7 et demi », où les demi-points sont tous les chiffres du jeu tandis que les autres ont une valeur nominale. Dans ce cas, il se joue généralement avec un joueur qui agit en tant que « croupier » (et en tant que tel aura évidemment tout l’avantage de la maison) et les autres qui jouent en faisant leur tour d’enchères. Puis deux cartes chacun et tour à tour la déclaration de mise ou encore demande de carte jusqu’à approcher le fatidique « 7 et demi ».

8 ans et plus est considéré « Lapidé » et a perdu la main (et le pari éventuel).

Le voleur

Directement lié aux règles de « Balais », cependant, il offre une variante beaucoup plus simple. Vous commencez de la même manière (trois cartes chacune et quatre face visible sur la table) et les règles du « trucage » sont les mêmes. Mais dans ce cas le paquet de tours est face visible et peut être « attaqué » par les autres joueurs si à son tour il possède une carte identique à la valeur de la première carte face visible du deck adverse. Si, par exemple, un joueur avec un roi vient de ramasser un six et un quatre sur la table, le prochain tour, son adversaire avec un roi peut prendre directement tout le paquet de tours du premier joueur.

Lorsqu’un joueur n’a pas de carte valide pour prendre quelque chose sur la table et même pas une carte utile pour voler le deck adverse, il devra simplement en défausser une sur la table.

Le gagnant est celui qui a le plus de cartes dans son jeu de tours à la fin des tours de jeu.

Notre article consacré aux cartes napolitaines et aux jeux de cartes napolitains les plus célèbres se termine ici. A la prochaine fois avec la culture et les traditions napolitaines sur Napoli Fans !

Laisser un commentaire

vingt − 10 =