Mariela Schwarz Montiel, la créatrice de chaussures écologiques et solidaires

Partager c'est aimer!

Aujourd’hui, le marché de la chaussure est si concurrentiel qu’il existe deux possibilités pour faire la différence : miser sur l’originalité ou travailler avec de nouveaux matériaux, de plus en plus durables d’un point de vue environnemental. Mariela Schwarz Montiel, designer aux origines mixtes paraguayennes et allemandes, formée en Italie et en France, créatrice des marques Amambaih Paris et Carlotha Ray, a choisi la seconde hypothèse.

Tout commence en 2017, lorsqu’elle doit retourner au Paraguay pour assister son père malade, elle y rencontre les Maka, une communauté indigène du Chaco Boreale : elle est immédiatement frappée par leurs tissus multicolores, qui sont traités dans le plein respect de la environnement. D’ici elle est née Amambaih Parisun projet qui démarre grâce également au soutien de son partenaire commercial, Giuseppe Baiardo et du maître créateur du espadrilles, Louis Castañer. En 2020, il arrive également Carlotha Rayune ligne de chaussons en caoutchouc végétal, coloré avec des pigments de fruits et des plantes italiennes.

Pour boucler la boucle, MarielaSchwarz Montiel donne également vie à une gamme de parfums vegan signés Carlotha Rayqui allie la tradition dehaute parfumerie Français au luxe durable, fidèle aux valeurs fondatrices de la marque. Nous avons rencontré la styliste et entrepreneure pour en savoir plus sur ses activités.

Le secteur de la chaussure est saturé : comment avez-vous réussi à vous frayer un chemin ?

J’ai travaillé avec des marques importantes telles que Bally et Gucci et des designers de haut niveau tels que le japonais Yamamoto, mais il m’aurait été vraiment difficile d’émerger uniquement grâce au caractère de mes modèles, alors j’ai décidé de suivre mon inclination naturelle , c’est-à-dire soutenir l’attention esthétique aux questions environnementales et cette idée a guidé tout mon processus créatif.

La rencontre avec les Indiens Maka l’a beaucoup marquée…

Oui, après mon retour en Amérique du Sud j’ai ressenti le besoin de partir à la recherche de mes origines et en chemin j’ai rencontré les Maka, une communauté indigène qui m’a tout de suite fascinée. Je suis tombée amoureuse des tissus, des couleurs et de leur façon de vivre en harmonie avec la nature qui les entoure. J’ai donc décidé de créer une marque durable d’un point de vue environnemental et social ; qui pourrait aider la communauté économiquement, en donnant un revenu adéquat aux femmes qui travaillent pour le projet, et en même temps montrer que la mode peut être vert Et sans cruauté.

Quel est le rôle de la population Maka ?

Le coton dont sont faites les sandales est collecté, filé et tissé à la main par les femmes Maka, après avoir été teint avec des couleurs chaudes et lumineuses qui s’inspirent du paysage environnant comme le ciel bleu de Guarany et le fleuve Paraguay, le vert de la forêt tropicale, le rouge de la terre et le jaune du soleil. L’imbrication est l’élément qui caractérise la marque : des artisans de différentes tribus associent leurs expériences de vie dans un projet qui devient une marque. En ce moment je fais la promotion d’une nouvelle collection Amambaih faite pour Chloé, grâce à laquelle nous avons soutenu une nouvelle communauté d’artisans composée d’une vingtaine de familles.

Je suis très curieuse des tongs de Carlotha Ray aux pigments de fruits et légumes, pouvez-vous nous en parler ?

Tout a commencé par une découverte : aujourd’hui la chaussure la plus utilisée au monde est la tong. C’est pourquoi nous avons décidé de le fabriquer dans des matériaux entièrement naturels et biodégradables, afin qu’une fois son cycle de vie terminé, il puisse être absorbé par la terre. Les chaussons sont composés d’un pourcentage compris entre 60% et 80% de caoutchouc naturel issu d’une extraction de latex d’origine végétale. Les agents naturels de production de déchets organiques sont utilisés pour renforcer la structure en latex des chaussures, tandis que les déchets de production de caoutchouc sont broyés et réutilisés dans un nouveau composé pour les prochaines collectes. Chaque pièce est naturellement teinte à l’aide d’herbes médicinales, de fleurs et de plantes, notamment : olive, grenade, artichaut, poivre, grenade, cosse d’amande, cosse de noix, ainsi que du sol et du carbone végétal. D’autres matières organiques telles que la menthe et le riz sont également utilisées. Les parties en tissu sont composées d’un bio-satin certifié ECOVERO et GOTS et d’un lin d’origine locale italienne. Pour trouver ce type de tissu nous nous sommes tournés vers un artisan qui travaille avec des matières recyclées à très faible impact environnemental. Les tongs se caractérisent par un motif romantique qui longe les bords de la semelle et les rend belles et élégantes dans leur simplicité.

Maintenant, j’aimerais comprendre quelque chose au sujet du parfum : c’est végétalien. Qu’est-ce que ça veut dire?

Les trois fragrances qui composent la collection de parfums Carlotha Ray peuvent être portées seules ou mélangées. Ils contiennent 90% de matériaux d’origine naturelle, sont exempts d’éléments nocifs et de colorants artificiels. Enfin, le packaging est lui aussi totalement biodégradable : le flacon est en verre à 40% recyclé, tandis que le coffret est en papier italien, en partie recyclé, et fibre de chanvre. Trouver des matériaux d’emballage véritablement durables n’a pas été facile, car il n’y a pas encore suffisamment de diffusion d’informations techniques sur les matériaux.

Avez-vous déjà pensé à vous consacrer également à l’habillement ?

Oui j’y travaille en ce moment, bientôt je lancerai une nouvelle ligne de Carlotha Ray, entièrement réalisée avec des tissus d’origine végétale. Maintenant, je ne peux pas trop anticiper, mais vous en entendrez bientôt parler.

Dernière question : où acheter ses produits ?

La solution la plus pratique est certainement de les commander sur les sites des marques Amambaih Et Carlotha Ray. Ensuite, il est également possible de les trouver dans certaines boutiques multimarques avec lesquelles j’ai signé des accords de distribution, comme OLG Boutique via S. Andrea 10 / A à Milan.


Laisser un commentaire

treize + neuf =