Soirée énoique très appréciée avec cinq grands vins du panorama italien

Partager c'est aimer!

Un dîner entre amis avec des bouteilles importantes est une éventualité peu fréquente, d’autant plus que toutes les bouteilles choisies, même les plus anciennes et avec une conservation pas toujours optimale, donnent des résultats aussi enthousiasmants.

J’ai des goûts très simples. Je ne me contente que du meilleur.
(Oscar Wilde)

Tous les grands vins avec une histoire d’excellence derrière eux dont l’image sur le marché s’est consolidée au fil du temps, mais quand il s’agit de vins de plus de 20 ans d’âge, le résultat est loin d’être évident même s’il s’agit d’étiquettes testées. et avec un gros potentiel. Chaque bouteille a sa propre histoire et son expérience personnelle qui, pendant les années de séjour dans la bouteille, peut compromettre son étanchéité avec des problèmes dus à la conservation, à tout affaissement dû au bouchon ou à des changements brusques de température. En fait, le moment de vérité ne survient que lorsque vous décidez de procéder à l’ouverture fatale.

Notes de dégustation

Brunello di Montalcino Riserva 2011 Le Potazzine
Brunello di Montalcino Riserva 2011 Le Potazzine

Brunello di Montalcino Riserva 2011 Le Potazzine Sangiovese 100% Vin produit en très peu de bouteilles uniquement dans les meilleurs millésimes de seulement deux vignobles appartenant à environ 500 mètres d’altitude. Le premier goût de ce vin que j’ai fait il y a quelques années directement du tonneau dans lequel il reposait dirigé par le toujours disponible Gigliola Giannetti. Même alors, j’ai été étonné de voir comment malgré la saison 2011 avait été particulièrement torride dans presque toute la Toscane et au-delà, le vin s’est exprimé avec des qualités de fraîcheur vive et une agilité de bouche inhabituelle pour le millésime, des composants qui se sont ensuite avérés essentiels pour ce magnifique vin. Aujourd’hui, avec quelques années d’évolution en bouteille derrière lui, il a conservé des caractéristiques incroyablement jeunes. Les notes olfactives fraîches s’expriment avec décision et grâce, cèdre et agrumes rouges, auxquelles s’ajoutent des arômes de fruits noirs avec des cerises noires, des mûres, des framboises, des sous-bois, de la menthe, des herbes aromatiques ; en bouche la tension est guidée par un dynamisme fulgurant, des tanins denses mais ciselés qui restent intégrés dans la gorgée, une évolution en un crescendo savoureux et une allonge digne d’un marathonien.

Aumônier Barolo -Otin Fiorin - Piè Franco 2000
Aumônier Barolo -Otin Fiorin – Piè Franco 2000

Aumônier Barolo – Otin Fiorin – Pie Franco 2000 Nebbiolo 100% provenant d’anciennes plantes non greffées. Une histoire surprenante pour cette bouteille achetée puis oubliée pendant des années sur une étagère de cuisine et aujourd’hui donnée pour morte compte tenu des mauvaises conditions dans lesquelles elle avait été stockée. Nous le débouchons mais sans aucune attente. Le bouchon est intact et parfumé et le vin dans le verre est toujours incroyablement en forme même s’il est proche de l’équilibre. Floral avec des violettes roses séchées, des petits fruits rouges, du tamarin, des notes fraîches de bergamote et d’épices délicates. En bouche vigueur et douceur, grâce et acidité bien conservée, les tanins sont subtils, très élégants, parfaitement fondus dans la gorgée qui se termine avec une dextérité acrobatique raffinée.

Antinori Tignanello 1997 Sangiovese
Antinori Tignanello 1997 Sangiovese

Antinori Tignanello 1997 Sangiovese 80%, Cabernet sauvignon 15%, Cabernet franc 5%. Il est né en 1971 à la suite d’une collaboration entre Piero Antinori et Giacomo Tachis, avec Émile Peynaud à l’époque le plus grand œnologue français. Précurseur et ancêtre d’un type de vin connu dans le monde entier sous le nom de « super toscan » terme inventé par le critique Robert Parker dans les années 80. Vin d’une conception innovante pour l’époque qui prévoyait l’introduction de barriques françaises pour le vieillissement. Un vin qui, à chaque fois qu’on le rencontre, attire toutes sortes de considérations et de discussions animées et qui, une fois de plus, n’a pas fait exception, venant en contraste inévitable avec la bouteille précédente. Puissant, avec des fruits noirs et rouges charnus et sanguins, du fer, un pot-pourri de fleurs rouges fanées, de la lavande, de nombreuses épices douces et une veine fumée perceptible de tabac terne. Le corps est sculptural, doté d’une personnalité bien à lui très désagréable, vitalité et résistance folle dans le temps, malgré l’âge les tanins ont de la fierté, de l’épaisseur, une progression serrée et austère qui introduit une certaine rigidité à la finale amplement sèche et longue . On l’accuse souvent d’être toujours égal à lui-même et c’est peut-être aussi vrai, mais est-on sûr que ce soit une limite ? Il reste pour moi un grand classique de l’œnologie italienne à boire avec grand plaisir dès que l’occasion se présente.

Tenuta San Guido Bolgheri DOC Sassicaia 1994
Tenuta San Guido Bolgheri DOC Sassicaia 1994

Tenuta San Guido Bolgheri DOC Sassicaia 199485% Cabernet Sauvignon et 15% Cabernet Franc Vieilli pendant 24 mois en fûts de chêne français.

Sassicaia n’est certainement plus à présenter, les attentes étaient nombreuses et auraient dû être la véritable guest star de la soirée et à la place… Le nez s’exprime avec une belle intensité avec l’élégance habituelle, beaucoup d’herbes aromatiques sous-bois de fruits rouges qui sont cependant atténués par des évolutions Remarques . En bouche, parfaitement équilibré, il présente des tanins sombres et une gorgée modulée, veloutée et douce, sauf qu’il se clôt un peu hâtivement dans un court frisson salé.

Brunello di Montalcino Salvioni La Cerbaiola 2013
Brunello di Montalcino Salvioni La Cerbaiola 2013

Brunello di Montalcino Salvioni La Cerbaiola 2013 Vignoble 100% Sangiovese à Le Cerbaie Alte, côté nord-est de Montalcino.

Il arrive comme la dernière bouteille de la soirée avec une entrée jambe droite pour rappeler à quel point le Sangiovese di Montalcino sait offrir les justes proportions entre vigueur et extrême élégance dans les bonnes années. Peut-être l’une des bouteilles les plus excitantes capables de raviver une soirée qui s’est terminée et qui a su mettre tout le monde d’accord sans si ni mais. Ample avec des arômes puissants et clairs de griottes, d’agrumes rouges et de fleurs violettes, de maquis méditerranéen, de balsamique et de menthe. Bouche très fraîche avec un développement incessant d’agrumes et infiltrant d’une énergie irrépressible, texture tannique élastique bien intégrée diluée dans la douceur du fruit rouge, finale linéaire très persistante et précise.

Laisser un commentaire

douze − douze =